Dimanche, 19 novembre 2017
Contact |  Plan du site |  Recherche
Accueil » F.A.Q. » Les messages condamnent ceux qui s’opposent à leur authenticité
Ce qu'il advient de ceux qui persécutent l'Esprit Saint...

1) Le procès d’intention

Il est reproché à Vassula de faire dire au Seigneur que les chrétiens qui ne croiraient pas à La Vraie Vie en Dieu iront en enfer. Cela est absolument faux !

Dans La Vraie Vie en Dieu, Le Seigneur dit que même ceux qui persécutent La Vraie Vie en Dieu seront pardonnés :

« Je ne blâme pas ceux qui ont persécuté les apparitions ; Je veux seulement qu’ils réalisent et admettent leurs erreurs et qu’ils s’avancent vers Moi pour se repentir ; Je leur pardonnerai, je pardonnerai leurs péchés » (Message du 4 décembre 1987, cahier 19).

2) Ce qu’il en est…

Le Seigneur ne condamne pas au feu de l’enfer ceux qui persécutent délibérément les Oeuvres de l’Esprit ; le Seigneur précise que ce sont les persécuteurs eux-mêmes qui s’y condamnent :
« Malheur aux cœurs indécis, malheur aux cœurs indifférents, malheur aux cœurs orgueilleux et entêtés, le poids de leur péché les tirera en enfer » (Message du 28 septembre 2000, Cahier 101).

Car les persécuteurs retardent ou empêchent la conversion de certaines âmes. Les persécuteurs préfèrent que ces personnes ne rencontrent jamais Dieu, si cela doit se faire par La Vraie Vie en Dieu, même si La Vraie Vie en Dieu pouvait être, pour elles, une planche de salut. Mais elle leur a été retirée…
« Vous avez enlevé la clef de la science ! vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés ! » (Luc 11.52).

C’est la raison pour laquelle le Seigneur dit à Vassula que leurs actions ne condamnent pas mais exposent les persécuteurs à la damnation :
« N’éteignez pas l’Esprit, ne méprisez pas les paroles des prophètes ; examinez tout avec discernement : retenez ce qui est bon ; tenez-vous à l’écart de toute espèce de mal » (I Thessaloniciens 5, 19-21).

3) La Notification n’est pas une mesure disciplinaire

S’il est juste de rappeler que les révélations privées ne constituent pas des articles de foi, il n’en demeure pas moins vrai que s’opposer aux Oeuvres de l’Esprit, sous prétexte que l’on n’y croit pas, c’est prendre le risque inconsidéré de travailler contre l’Esprit Saint, et c’est - hélas ! - s’exposer à l’enfer
.
Les persécuteurs pèchent par manque de prudence et de discernement. Trop zélés, ils confondent un conseil de prudence d’une autorité de l’Église avec une mesure disciplinaire.
La Notification émise par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) en octobre 1995 ne peut servir ni d’excuse ni de prétexte ni de justification aux détracteurs qui persistent à calomnier La Vraie Vie en Dieu, à en ignorer ou en contester les fruits, dans la mesure où la Notification ne constitue pas une mesure disciplinaire de l’Église catholique à l’encontre de Vassula.

4) La procédure de l’Église

En effet, dans le cas d’un jugement concernant les écrits ou les enseignements d’une mystique - de Vassula en l’occurrence - une audition formelle et des discussions avec la personne en cause doivent normalement faire partie de la procédure.

Ajoutons que jadis, d’autres Notifications ont été émises contre de futurs saints. Souvenons-nous du cas de Sainte Faustine : bien qu’elle ait été canonisée, la Notification contre elle n’a jamais été annulée ; on s’est contenté de déclarer qu’elle « n’oblige plus ». Ainsi, la Notification contre Sainte Faustine - jamais annulée -, nous enseigne qu’une Notificationn’est nullement un document engageant l’infaillibilité de l’Église catholique. Les détracteurs doivent s’en souvenir.

5) Qui manipule la vérité ?

On s’étonne de trouver, sous la plume des détracteurs, le terme de manipulation à propos de l’annonce par les défenseurs de La Vraie Vie en Dieu que, concernant la Notification, « la situation a été modifiée ».
Or, les détracteurs omettent soigneusement de dire qu’en 2002, quelques années après la publication de la dite Notification, la CDF a invité Vassula à répondre à cinq questions.

Les réponses de Vassula à ces cinq questions ont donné satisfaction à la CDF, qui l’a annoncé dans les termes suivants : « Ladite Vassula Ryden par lettre du 4 avril 2002, publiée ensuite dans le dernier volume de La Vraie Vie en Dieu, a fourni d’utiles clarifications concernant sa situation matrimoniale ainsi qu’au sujet de certaines difficultés qui, dans ladite Notification, avaient été avancées à l’égard de ses écrits et sa participation aux sacrements. »
Lettre du cardinal J. Ratzinger, publiée le 10 juillet 2004.
http://www.vassula.org/20040710_CDF_JR.htm

De plus, le Cardinal Ratzinger, futur Benoît XVI, a demandé à Vassula de les publier avec les volumes de La Vraie Vie en Dieu. Il s’agit donc non seulement d’un satisfecit (voir en cliquant sur le lien : www.defending-vassula.org/cdf-lars?lang=fr).
Mieux encore : cette demande du Cardinal Ratzinger à Vassula constitue de facto une autorisation de publier La Vraie Vie en Dieu.
Cela s’appelle tout simplement - il faut bien le reconnaître - un nihil obstat et un imprimatur.


6) La charité de l’Église

Que Vassula, après la publication de la Notification, ait été invitée par la CDF à répondre à cinq questions prouve de plus que la CDF se montre attentive aux réserves des nombreux hommes d’Église qui n’ont eu de cesse de prendre la défense de La Vraie Vie en Dieu et de sa messagère.

Contrairement à certains détracteurs de La Vraie Vie en Dieu, la CDF est donc beaucoup plus ouverte à la charité et au dialogue que ne le laissent entendre ces mêmes détracteurs, qui travestissent la CDF en un organe d’autorité inflexible (qu’elle n’est pas), et manipulent la Notification hors du contexte expressément voulu par le Préfet de la CDF, le Cardinal Ratzinger, tel qu’il l’a demandé de vive voix à Vassula, à qui il a accordé à cet effet une audience personnelle en novembre 2004, cinq mois avant d’être élu Pape Benoît XVI.
Voir le compte-rendu de cette audience :
http://www.cdf-tlig.org/introductionfr.html

À ce sujet, les détracteurs de Vassula, experts en manipulation, conservent un total mutisme.

Gérard Pascal