Lundi, 20 novembre 2017
Contact |  Plan du site |  Recherche
A propos de la notification

1) À quoi une Notification nous oblige-t-elle ?

La Notification du 6 octobre 1995, émise par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), renforcée le 25 janvier 2007 par une lettre du Cardinal William Levada, Préfet de la CDF, dit que les messages de La Vraie Vie en Dieu ne sont pas divins et qu’il s’agirait de méditations personnelles, non de révélations privées.
Dans le monde entier, un nombre non négligeable de prélats, et non des moindres, ne souscriront pas à cet avis.

Certes, selon l’article 48 de la Constitution Apostolique de la Curie Romaine, "Pastor Bonus", promulguée par le Saint-Père Jean-Paul II, le 28 juin 1988, "la tâche propre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi est de promouvoir et de protéger la doctrine et les mœurs conformes à la Foi dans tout le monde catholique : tout ce qui, de quelque manière, concerne ce domaine relève donc de sa compétence".

2) Les saints aussi se trompent

Il arrive, il est arrivé, que la CDF se soit trompée. Qu’ils soient compétents n’implique pas que ces prêtres qui jugent les phénomènes dits surnaturels et protègent la doctrine et les mœurs conformes à la Foi, prononcent nécessairement un jugement exempt d’erreurs.
Si les saints se trompent, à plus forte raison ceux qui ne le sont pas (et ceux qui les jugent, parfois, jusqu’à les condamner).

Alors que Pie XII procéda à la bénédiction de l’icône de Jésus Miséricordieux, à Rome, le 24 juin 1956, une Notification du Saint-Office (actuelle CDF) mortifia, le 6 mars 1959, à la fois sainte Faustine, décédée le 5 octobre 1938, et la dévotion à la Miséricorde Divine, avant que la CDF déclare simplement, le 15 avril 1978, que cette Notification « n’oblige plus ».

Cette Notification portait les mentions suivantes :

    a. Il faut interdire la diffusion des images et des écrits qui présentent la dévotion à la Divine Miséricorde dans la forme proposée par ladite sœur Faustine.

    b. Il est requis de la prudence des évêques de devoir faire disparaître lesdites images qui ont éventuellement déjà été exposées au culte.

    Du palais du Saint-Office, le 6 mars 1959. Ugo O’Flaherty, notaire.

Quant au futur bienheureux Jean-Paul II, il ouvrit la cause de béatification de sœur Faustine en 1966.
Puis, sœur Faustine fut canonisée le 30 avril 2000.

3) Nihil Obstat et Imprimatur parallèlement à la Notification

L’histoire de Sainte Faustine n’est qu’un exemple parmi d’autres. On ne peut pas ne pas faire le parallèle entre Vassula et sainte Faustine.

Les hommes d’Église connaissent ces précédents. C’est la raison pour laquelle, le 28 novembre 2005, malgré l’existence de la Notification, l’œuvre La Vraie vie en Dieu a été revêtue du Nihil Obstat par Mgr Félix Toppo, évêque de Jamshedpur (Inde) et Censor Librorum, ainsi que de l‘Imprimatur par Mgr Ramon C. Argüelles, archevêque de Lipa (Philippines).

Mais les détracteurs de Vassula ont tort de s’en étonner :
Ce Nihil obstat et cet Imprimatur ne font que formaliser officiellement ce que le Cardinal Ratzinger, alors Préfet de la CDF, avait dit à Vassula en audience personnelle en novembre 2004, à savoir que la situation de la Notification a connu des modifications, à savoir que l’on doit maintenant la lire dans le contexte des réponses de Vassula aux cinq questions que la CDF lui avait posées, réponses agrées par le Cardinal Ratzinger.

Le Nihil Obstat et l’Imprimatur garantissent que La Vraie Vie en Dieu est exempte d’erreurs doctrinales et n’est pas contraire à la morale catholique.

4) Liberté de croire ou de ne pas croire

Assurément, beaucoup d’évêques et de cardinaux, trop peu informés ou n’ayant pas lu La Vraie Vie en Dieu, en sont restés à la seule Notification de 1995, mais cependant, pas tous. Ceux qui continuent à soutenir Vassula ne désobéissent à personne : leur position est tout simplement conforme à celle de novembre 2004 du Cardinal Ratzinger, Préfet de la CDF.

Dès lors, croire à l’authenticité de La Vraie Vie en Dieu est pleinement légitime et découle de la liberté de tout chrétien.
Et si d’aventure celui qui croit à l’authenticité de La Vraie Vie en Dieu s’entend dire qu’il « désobéit », on peut lui répondre simplement par la question « qui désobéit à qui ? »

En effet, maintenant que Le Nihil Obstat et l‘Imprimatur garantissent que La Vraie Vie en Dieu est exempte d’erreurs doctrinales et n’est pas contraire à la morale catholique, comment pourrait-on blâmer un chrétien de ne pas souscrire à l’opinion d’un dignitaire de l’Eglise qui continue à clamer que La Vraie Vie en Dieu n’est pas un texte prophétique ?

5) Une notification n’est pas un dogme

C’est pourquoi ceux qui défendent La Vraie Vie en Dieu estiment, en leur âme et conscience, avoir le droit de se placer sous l’autorité morale et spirituelle des cardinaux, des patriarches et des évêques convaincus que La Vraie Vie en Dieu est un charisme pour notre temps.

Mis à part les définitions dogmatiques du pape ex cathedra ou issues des conciles œcuméniques, le document doctoral qui fait le plus autorité dans l’Église est l’encyclique.

La Notification n’est pas un document doctoral émanant du Souverain Pontife et encore moins une définition dogmatique. Contrairement à ce que pensent et voudraient les détracteurs de La Vraie Vie en Dieu, la Notification n’a pas ce statut. C’est pourquoi ceux qui défendent Vassula et La Vraie Vie en Dieu , contrairement à ce que prétendent les détracteurs, ne sont pas dans l’obligation morale de souscrire à la Notification .

Gérard Pascal
Autres articles de la même Rubrique :
6. Commentaires sur la Notification
7. CDF : contenu du dialogue avec Vassula